Les Plus Lus

  • BofBof

    Lesbos

    Mère des jeux latins et des voluptés grecques, Lesbos, où les baisers, languissants ou joyeux, Chauds comme les soleils, frais comme les pastèques, Font l’ornement des nuits et des jours glorieux, Mère des jeux latins et des voluptés grecques, Lesbos, où les baisers sont comme les cascades Qui se jettent sans peur dans les gouffres […] Plus

    Lire la suite

  • Les enfants pauvres

    Prenez garde à ce petit être ; Il est bien grand, il contient Dieu. Les enfants sont, avant de naître, Des lumières dans le ciel bleu. Dieu nous les offre en sa largesse ; Ils viennent ; Dieu nous en fait don ; Dans leur rire il met sa sagesse Et dans leur baiser son […] Plus

    Lire la suite

  • J’arrive où je suis étranger

    Rien n’est précaire comme vivre Rien comme être n’est passager C’est un peu fondre pour le givre Et pour le vent être léger J’arrive où je suis étranger Un jour tu passes la frontière D’où viens-tu mais où vas-tu donc Demain qu’importe et qu’importe hier Le coeur change avec le chardon Tout est sans rime […] Plus

    Lire la suite

  • Suite

    « À peine encor, le couchant brille, Un peu, là-bas ; La nuit s’avance, et notre fille Ne revient pas ; Femme, dis-moi ; dis-moi, Marie, Quel accident Serait échu dans la prairie À notre enfant ? — Eh ! c’est vous, Pierre ? elle repose, Oui, mon ami. La bonne nuit ! près de […] Plus

    Lire la suite

  • La nuit d’octobre

    Le poète Le mal dont j’ai souffert s’est enfui comme un rêve. Je n’en puis comparer le lointain souvenir Qu’à ces brouillards légers que l’aurore soulève, Et qu’avec la rosée on voit s’évanouir. La muse Qu’aviez-vous donc, ô mon poète ! Et quelle est la peine secrète Qui de moi vous a séparé ? Hélas […] Plus

    Lire la suite

  • Pendant que la mer gronde

    Pendant que la mer gronde et que les vagues roulent, Et que sur l’horizon les tumultes s’écroulent, Ce veilleur, le poète, est monté sur sa tour. Ce qu’il veut, c’est qu’enfin la concorde ait son tour. Jadis, dans les temps noirs comme ceux où nous sommes, Le poète pensif ne se mêlait aux hommes Que […] Plus

    Lire la suite

  • La grâce

    À Armand Silvestre Un cachot. Une femme à genoux, en prière. Une tête de mort est gisante par terre, Et parle, d’un ton aigre et douloureux aussi. D’une lampe au plafond tombe un rayon transi. « Dame Reine. — Encor toi, Satan ! — Madame Reine. — « Ô Seigneur, faites mon oreille assez sereine […] Plus

    Lire la suite

  • Migration

    Soudain, la vie l’etonnement de la mer De quelle fêlure l’errance de quelle écharde l’origine infinie qui se dérobe ? Devant toi la mer son alphabet d’esquifs et légendes sa rotondité en trompe l’œil ses vieux nomades célibataires à l’écoute des dernières sirènes Derrière toi la mer tes racmes en convulsions une terre celée au […] Plus

    Lire la suite

  • Ce que dit la bouche d’ombre (I)

    (extraits) … Les fleurs souffrent sous le ciseau, Et se ferment ainsi que des paupières closes ; Toutes les femmes sont teintes du sang des roses ; La vierge au bal, qui danse, ange aux fraîches couleurs, Et qui porte en sa main une touffe de fleurs, Respire en souriant un bouquet d’agonies. Pleurez sur […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.