dans , ,

Suite

30 Vues 0 Votes 0 Commentaire

« À peine encor, le couchant brille,

Un peu, là-bas ;
La nuit s’avance, et notre fille

Ne revient pas ;
Femme, dis-moi ; dis-moi,
Marie,

Quel accident
Serait échu dans la prairie

À notre enfant ?


Eh ! c’est vous,
Pierre ? elle repose,

Oui, mon ami.

La bonne nuit ! près de ma mère,

Là, suivez-moi.
Tiens,
Rose, tiens, voici ton père.

Tout en émoi.


C’est vous, mon père ?
Ah ! c’est la pluie !

Pardon ! pardon !
Rose! ma
Rose!… va, j’oublie
Ton abandon. »

Notez ce poème
Print Friendly, PDF & Email

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

l

Par Fabre D'eglantine

Philippe-François-Nazaire Fabre, dit Fabre d’Églantine né et baptisé le 28 juillet 1750 à Carcassonne et guillotiné le 5 avril 1794 à Paris, est un acteur, dramaturge, poète et homme politique français.

Poemes Fabre D’eglantine – Découvrez les œuvres poétiques de Fabre D’eglantine

L’hospitalité