Le Gros Gibier

Sus. fonçons !

Les chiens l’ont flairé. (Quelle odeur)

Il y a de l’homme.

Il y a de l’homme au fourré.

Toi.

Romuald. glisse-toi comme

Une vipère dans les touffes.

Rcgarde-le bien.

Est-ce un blanc?

Ce sont les meilleurs.

Dis s’il bouffe

La

Heur de nave ou le merlan.

S’il dort ou s’il respire à fond

Le grincheux printemps des broussailles.

Tu dis qu’il rêvasse.

Bon. bon.

Silence, je vise, canailles !

Et c’est la flèche bien féroce.

Zou.

Touche en plein dans les boyaux :

Il est donc à nous, le beau gosse.

Rompez les chiens.

Taiaut. taïaut !

Il nous voit.

Corbleu. quel regard.

On dirait que son œil reproche :

Bouchez-moi cet œil papelard ;

Troussez-moi tout ça pour la broche. ‘Cor un homme d’occis, chasseurs.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments