Sous les ombres du bois, au bord d’une fontaine

Sous les ombres du bois, au bord d’une fontaine,
Passant et ma tristesse et la chaleur des jours,
Je trouvai la beauté cause de mes amours
Qui me fit dans le coeur une plaie inhumaine.

Par ce prompt accident, je vois ma mort prochaine,
Je vois ma mort prochaine, éloigné de secours,
D’autant que les rochers et les arbres sont sourds,
Et que rien ne l’accuse et n’allège ma peine.

Je ne vois dans ces bois, dans ces eaux nul support
Que l’image d’Amour et celle de la Mort,
Qui volent parmi l’air et qui nagent ensemble.

Hé ! donc au parlement de la terre et des cieux,
Ces deux témoins seront récusés, ce me semble,
Car la Mort est muette et l’Amour est sans yeux.

Amours de Caritée

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Le jardin

Harlem