Je suis en ces déserts l’amoureuse Clytie

Je suis en ces déserts l’amoureuse Clytie,
Qui suis jusques au soir mon Soleil radieux,
Dont la jalouse ardeur d’un amour furieux
Fut cause que je suis en souci convertie.

Quand de mon horizon sa lumière est partie,
Et que l’obscure nuit la dérobe à mes yeux,
De pleurs j’émeus la terre et de soupirs les cieux,
Tant que par son retour ma peine est divertie.

Je n’ai que ce relâche au malheur qui me suit,
Le jour je me consomme et vais mourant la nuit,
Près ou loin que je sois de l’astre qui m’enflamme.

Près, j’aime mieux souffrir. Car par l’éloignement,
J’enferme, en me fermant au profond de mon âme,
L’ennui, le désespoir, l’horreur et le tourment.

Recueil : Amours de Phyllis

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Siméon-Guillaume De La Roque

Siméon-Guillaume de La Roque, né en 1551 près de Clermont-en-Beauvaisis et mort en 1611, est un poète baroque français. Il fréquente comme Philippe Desportes le salon de la maréchale de Retz. Il est au service de Henri d'Angoulême, fils bâtard de Henri II, puis de la famille de Guise.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les mots sont les pierres précieuses de la poésie. Partagez les vôtres ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les bois

Let the dead burry their dead