Les Îles éternelles

Sindbad a fait le tour du monde

en six jours

Et le septième

voulant se reposer

il accosta dans ces îles

Il les trouva presque désertes

et se dit : Cela est bien !

Ici la terre prend tout son temps

pour naître

Elle veut écouter jusqu’à la fin

les mille et une histoires de l’Océan

Elle sème dans le miroir du ciel

ses premiers rêves de langues, d’arbres

et de visages humains

Elle caresse son ventre et ses seins volcaniques

pour que le feu pactise avec l’eau

et nous apprête la page d’amour

qui manque au livre de la vie

ô îles, s’écria Sindbad

promettez-moi une genèse douce

un autre art de naître

Écoutez

Semez

Caressez

Rêvez pour toute la terre

et vous mériterez le nom que je vous donne

Iles éternelles

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments