Dors ma mère

Ô ma vie,
Sans envie,
J’ai vu le palais du roi ;
Ma chaumière
M’est plus chère,
Quand j’y suis seule avec toi.

Au village,
Le jeune âge
N’est heureux que par l’Amour ;
Fuis la ville ;
Trop facile,
Tu m’oublierais à la cour.

D’une reine
Souveraine
L’empire a-t-il plus d’appas ?
Ton image
Est l’image
Qui devance ou suit mes pas.

Reviens vite !
Tout m’agite :
Eh quoi ! je suis seule encor !
Viens, mon âme,
De ma flamme
Partager le doux transport.

L’heure sonne,
Je frissonne…
Voici l’instant du retour.
Moins sévère,
Dors, ma mère,
Et laisse veiller l’Amour.

Voter pour ce poème!

Marceline Desbordes-Valmore Apprenti Poète

Par Marceline Desbordes-Valmore

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) est une poète française reconnue pour la richesse et la variété de son lyrisme romantique. Surnommée « Notre-Dame-des-Pleurs » en raison des drames qui jalonnent sa vie, elle émeut par sa sincérité et son talent naturel. Elle épanche dans sa poésie toutes les peines qu'elle a connues durant sa vie. Ses poèmes traduisent ses cris de passion, ses élans vers l’au-delà, et la nostalgie du pays natal. Son talent poétique se voit reconnu par les symbolistes, notamment Rimbaud et Verlaine, qui applaudissent son absence de rhétorique.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Le silence est l'ennemi de la poésie. Libérez votre voix, comme Baudelaire dans un jardin des mots.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Dors

Dors-tu