Toute cette nuit nous avons…

Toute cette nuit nous avons

Relu le vieil ami Shakspere

Aux beaux endroits que nous savons,

Et voici que la nuit expire.
Nous avons longtemps veillé, mais

Nous lisions le poëte unique,

Et la sombre nuit n’eut jamais

Plus d’étoiles à sa tunique.
Phoebé, qu’en riant nous troublons,

Va s’enfuir, et le jour va naître,

Et ma voisine aux cheveux blonds

Viendra se mettre à sa fenêtre.
Ah ! lorsque vous allez venir,

Ma voisine, en jupe de toile,

Nous ne suivrons du souvenir

Aucun beau vers, aucune étoile.
Vous apparaîtrez comme un lys,

Avec votre guimpe croisée,

Au milieu des volubilis

Qui couronnent votre croisée ;
Et nous, nous analyserons,

Sans redouter qu’elle nous mente,

Sous son rideau de liserons

Votre tête simple et charmante.
Avril 1843.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

J’oublie

La Pêche