D’anciennement transposé (II)

Je n’ai plus de ville, Elle est soûle
Et pleine de coeurs renégats,
Aux tavernes de Golgotha,
J’en suis triste jusqu’à la mort ;
Je n’ai plus de ville, Elle est soûle.

Mon Dimanche est mort pour de bon ;
Dans les armoires de mes torts
Mes robes ont changé de ton,
Vides, les robes de ma mort
Sont mortes et pour tout de bon.

Et sont mortes les bienaimées ;
Et ma seule religion,
Aux huiles d’extrêmeonction,
Va mourir loin des bienaimées ;
La mort meurt et les bienaimées.

Et tout vit, pour que bien s’annule
La chair dans les robes qui brûlent,
Où les baisers même sont mal ;
Et tout vit, pour que bien s’annule
La chair dans les robes qui brûlent.

La louange de la vie

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le coq chante là-bas ; un faible jour tranquille

Lors que la brune nuict charge sa robbe noire