Les Plus Lus

  • Bergeronnette

    Pauvre petit oiseau des champs, Inconstante bergeronnette. Qui voltiges, vive et coquette, Et qui siffles tes jolis chants ; Bergeronnette si gentille, Qui tournes autour du troupeau. Par les prés sautille, sautille, Et mire-toi dans le ruisseau ! Vas, dans tes gracieux caprices, Becqueter la pointe des fleurs, Ou poursuivre, au pied des génisses, Les […] Plus

    Lire la suite

  • Qu’aimez-vous

    J’aime un œil noir sous un sourcil d’ébène, Sur un front blanc j’aime de noirs cheveux : Et vous avez de longs cheveux d’ébène Sur un front blanc, et le jais est à peine Aussi noir que vos yeux. J’aime un beau corps, qui se penche avec grâce, Sur un sopha négligemment porté ; Et […] Plus

    Lire la suite

  • Le Sylphe

    L’aile ternie et de rosée humide, Sylphe inconnu, parmi les fleurs couché, Sous une feuille, invisible et timide, J’aime à rester caché. Le vent du soir me berce dans les roses ; Mais quand la nuit abandonne les cieux, Au jour ardent mes paupières sont closes : Le jour blesse mes yeux. Pauvre lutin, papillon […] Plus

    Lire la suite

  • Premier chagrin

    Le bassin est uni : sur son onde limpide Pas un souffle de vent ne soulève une ride ; Au lever du soleil, chaque flot argenté Court, par un autre flot sans cesse reflété ; Il répète ses fleurs, comme un miroir fidèle ; Mais la pointe des joncs sur la rive a tremblé, Près […] Plus

    Lire la suite

  • Un soir de mai

    Roulez, élégantes calèches !… En avant, coursiers, en avant !… Ceintures légères et fraîches, Flottez au vent ! Du jour qui meurt la lumière abaissée Joue entre les rameaux, Dore les troncs, et serpente, brisée, Sur l’herbe, en longs réseaux… Silence ! amants, silence !… Le vent du soir balance Le chèvrefeuille en fleur : […] Plus

    Lire la suite

  • L’ennui

    Mon cœur est froid, ma tête est vide, Je suis triste, et ne sais pourquoi : Toujours, comme un spectre livide, L’ennui se dresse devant moi. Sous un poids mortel abattue, Ma jeunesse va se flétrir ; Le dégoût m’accable et me tue ; Je ne puis vivre ni mourir. Mon âme, en proie à […] Plus

    Lire la suite

  • Soupçon

    Que le soc imprudent ait blessé sa racine, Le lis ne soutient plus son front qui se flétrit ; Son calice fermé languissamment s’incline, Perd son dernier parfum, se dessèche et périt. Aux jours de ton printemps, ainsi, triste et pensive, Tu laisses le chagrin se glisser dans ton cœur : Tu souffres, tu gémis, […] Plus

    Lire la suite

  • Le sylphe

    L’aile ternie et de rosée humide, Sylphe inconnu, parmi les fleurs couché, Sous une feuille, invisible et timide, J’aime à rester caché. Le vent du soir me berce dans les roses ; Mais quand la nuit abandonne les cieux, Au jour ardent mes paupière sont closes : Le jour blesse mes yeux. Pauvre lutin, papillon […] Plus

    Lire la suite

  • Dans tous mes rêves, c’était vous

    Dans tous mes rêves c’était vous ! Vous étiez belle, Et je tombais à vos genoux : Ou si, rebelle, Quand vous me donniez un doux nom, Je disais : « Non !.. » Je vous voyais, vive et boudeuse, Belle grondeuse, Sous vos mains cacher vos grands yeux ; Puis après, avec un sourire […] Plus

    Lire la suite

  • La campagne

    De l’eau qui tombe goutte à goutte, Chrysa, je n’entends plus le bruit : Le ciel est clair, l’ouragan fuit ; L’oiseau joue au bord de la route. Entre les sentiers tortueux, Sous les verts buissons d’aubépines, Parmi les touffes d’églantines, Chrysa, veux-tu venir tous deux ? Les papillons du crépuscule De nouveau brillent étalés, […] Plus

    Lire la suite

  • Jeune fille

    La jeune fille est blanche et rose, Son beau sein jamais ne repose ; Elle a sur son cou des cheveux Blonds et soyeux ; Des yeux bleus où l’amour pétille, Et de longs regards enflammés, Pour dire : « Aimez La jeune fille ! » Pendant les heures du sommeil La jeune fille fait […] Plus

    Lire la suite

  • L’inconnue

    C’était un soir que tout brillait de feux ; Un soir qu’éclatant de lumières, Tivoli lassait les paupières De mille curieux. Là, des bosquets blanchis ; là, des masses plus sombres ; Des soleils de cristal, des jours brusques, des ombres Qui s’allongent sur le gazon ; Aux branches des ormeaux des lampes suspendues ; […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.