Un soir de mai

Roulez, élégantes calèches !…
En avant, coursiers, en avant !…
Ceintures légères et fraîches,
Flottez au vent !

Du jour qui meurt la lumière abaissée
Joue entre les rameaux,
Dore les troncs, et serpente, brisée,
Sur l’herbe, en longs réseaux…

Silence ! amants, silence !…
Le vent du soir balance
Le chèvrefeuille en fleur :
Le bois est déjà sombre…
Ne confiez qu’à l’ombre
Vos soupirs de bonheur !

Voyezvous par ici des corolles fermées,
Qui d’un nouveau soleil attendent les rayons ?…
Prenons à l’ébénier ses grappes embaumées,
À l’aubépine ses boutons…

Oh ! la belle amazone !
Son jeune front rayonne
D’orgueil et de plaisir :
Son cheval d’Angleterre
Brûle du pied la terre…
Quel bonheur de courir !…

La poussière s’élève… Ici l’air frais caresse,
Flatte, ravive tous les sens ;
C’est comme un doux parfum de vie et de jeunesse,
Comme une haleine de printemps ! […]

‘ Roulez, élégantes calèches !…
En avant, coursiers, en avant !…
Ceintures légères et fraîches,
Flottez au vent !…

Voter pour ce poème!

Charles Le Goffic Apprenti Poète

Par Charles Dovalle

Charles Dovalle est un poète français né à Montreuil-Bellay en 1807 et tué en duel à Paris en 1829.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de mots. Votre commentaire est le bienvenu.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’étang du mauvais pas

Le Banc