Le Banc

Lorsque je vais m’asseoir à mon banc favori,

Qu’il est tard, qu’il fait doux, que selon l’habitude

Mon petit chien me garde avec sollicitude,

Tous les songes aimés dont mon cœur s’est nourri

Reviennent à la fois peupler ma solitude.
C’est comme un bruit lointain de rires et de chants

Qui vibre encor dans ma mémoire trop fidèle ;

C’est comme un vol d’oiseaux traversant d’un coup d’aile

Les plaines, les cités, les lacs, les monts, les champs,

Et gazouillant : « Allons nous reposer près d’elle ! »
Ainsi fait le vieillard, l’hiver, au coin du feu,

Quand il écoute en lui son passé, quand, morose,

Il se souvient qu’il fut un enfant blond et rose.

Pour moi, le printemps a des fleurs, le ciel est bleu,

L’heure charmante, et c’est pourtant la même chose.
Juin 18…

Voter pour ce poème!

Louisa Siefert Apprenti Poète

Par Louisa Siefert

Louisa Siefert, née à Lyon le 1er avril 1845 et morte à Pau le 21 octobre 1877, est une poétesse française.
Louisa Siefert (1845 - 1877) était une poétesse française qui a laissé une poésie empreinte de douleur mais soutenue d’un vif spiritualisme protestant. Son premier recueil de poèmes, Rayons perdus, paru en 1868, connaît un grand succès. En 1870, Rimbaud s'en procure la quatrième édition et en parle ainsi dans une lettre à Georges Izambard : « J'ai là une pièce très émue et fort belle, Marguerite […]. C'est aussi beau que les plaintes d'Antigone dans Sophocle.»

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Un soir de mai

A M. le marquis de Dangeau