fleurs, soucis oubliés

Fleurs,

Printemps se leva par un matin d’avril
le jeunot engourdit pour avoir trop dormi
et pareils aux rêveurs réveillés à demi,
revoit bien les images, que seule la nuit distille,

c’est en parlant tout bas au soleil son ami
de leur beauté étrange aux couleurs subtiles,
lui-même s’éveillant d’un horizon nubile,
qu’ils se mirent au travail, maîtres en origami,

et pendant la journée plièrent 230 mille
de ces feuilles arc-en-ciel à l’éclatant pistil,
pourtant ils en ratèrent, comme c’est pas permis,

mais quand deux grands enfants font de leurs doigts habiles
autant de belles fleurs, il est bien inutile
de rechercher lesquelles, vous n’auriez pas admis…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments