critique sans éthique

 

Critique

 

On sait, c’est un métier malaxant de l’intime,

qui fait des déchirures

et des points de ruptures,

en points de non-retour, on devient des victimes…

 

On dit, en discernant : « le contraste révèle »

« les contraires apparaissent »

pourtant l’opposé blesse,

dans la caricature, on double le réel !

 

Et cette confusion, fusionne à s’y méprendre

le jour dans le soleil,

la nuit par le sommeil,

quand l’insomnie réveille, on ne veut plus s’étendre !

 

Mais pourtant rapportant le meilleur d’un auteur

se dément le futile,

s’alimente l’utile,

sans un autre que soi, on reste à sa hauteur…

 

Alors, à tort ou à raison, j’essaye aussi,

l’un vu en négatif

l’autre est mon positif

ils vous sont bien connus, on les sait bien assis ! 

 

Baudelaire, bipolaire était un monstre hideux,

observant ses carences

et ses ambivalences,

en pieux contentement, comme d’autres leurs vœux… 

 

Rimbaud, ribaud de fermes et de pays lointains

obsédant son retour

et hélant de sa tour

en un sérieux serment… nous emporter soudain…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments