Bergeronnette

Pauvre petit oiseau des champs,
Inconstante bergeronnette.
Qui voltiges, vive et coquette,
Et qui siffles tes jolis chants ;

Bergeronnette si gentille,
Qui tournes autour du troupeau.
Par les prés sautille, sautille,
Et mire-toi dans le ruisseau !

Vas, dans tes gracieux caprices,
Becqueter la pointe des fleurs,
Ou poursuivre, au pied des génisses,
Les mouches aux vives couleurs.

Reprends tes jeux, bergeronnette,
Bergeronnette au vol léger ;
Nargue l’épervier qui te guette !
Je suis là pour te protéger ;

Si haut qu’il soit, je puis l’abattre…

Petit oiseau, chante !… et demain,
Quand je marcherai, viens t’ébattre,
Près de moi, le long du chemin.

C’est ton doux chant qui me console,
Je n’ai point d’autre ami que toi !
Bergeronnette, vole, vole,
Bergeronnette, devant moi !…

Voter pour ce poème!

Alain Jouffroy Apprenti Poète

Par Charles Dovalle

Charles Dovalle est un poète français né à Montreuil-Bellay en 1807 et tué en duel à Paris en 1829.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Écrivez comme un Verlaine, commentez comme un Hugo, et vous serez un pilier de notre communauté poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Verbe et Matière

De reflet en reflet