Les Plus Lus

  • Frontières

    Qui a promis la terre promise ? Dieu avait plus d’un slogan dans son sac à prophéties, et plus d’un rêve de sang en lieu de lait et de miel. C’est une malédiction moderne qui a imposé des bornes et des barrières aux horizons nomades, aux horizons que les caravanes empruntaient à leur guise, à […] Plus

    Lire la suite

  • Le tonneau de la haine

    Sonnet. La Haine est le tonneau des pâles Danaïdes ; La Vengeance éperdue aux bras rouges et forts A beau précipiter dans ses ténèbres vides De grands seaux pleins du sang et des larmes des morts, Le Démon fait des trous secrets à ces abîmes, Par où fuiraient mille ans de sueurs et d’efforts, Quand […] Plus

    Lire la suite

  • Quiberon

    I. Par ses propres fureurs le Maudit se dévoile ; Dans le démon vainqueur on voit l’ange proscrit ; L’anathème éternel, qui poursuit son étoile, Dans ses succès même est écrit. Il est, lorsque des cieux nous oublions la voie, Des jours, que Dieu sans doute envoie Pour nous rappeler les enfers ; Jours sanglants […] Plus

    Lire la suite

  • À Mademoiselle de Guise

    (Sur son mariage avec M. le duc de Richelieu.) Un prêtre, un oui, trois mots latins A jamais fixent vos destins ; Et le célébrant d’un village, Dans la chapelle de Montjeu, Très chrétiennement vous engage À coucher avec Richelieu ; Avec Richelieu, ce volage, Qui va jurer par ce saint nœud D’être toujours fidèle […] Plus

    Lire la suite

  • Les vierges de Verdun

    Le prêtre portera l’étole blanche et noire Lorsque les saints flambeaux pour vous s’allumeront. Et de leurs longs cheveux voilant leurs fronts d’ivoire Les jeunes filles pleureront. A. Guiraud. I. Pourquoi m’apportez-vous ma lyre, Spectres légers ? — que voulez-vous ? Fantastiques beautés, ce lugubre sourire M’annonce-t-il votre courroux ? Sur vos écharpes éclatantes Pourquoi […] Plus

    Lire la suite

  • A Cloris

    Stances S’il est vrai, Cloris, que tu m’aimes, Mais j’entends que tu m’aimes bien, Je ne crois point que les Rois mêmes Aient un heur comme le mien : Que la mort serait importune De venir changer ma fortune À la félicité des Dieux ! Tout ce qu’on dit de l’ambroisie Ne touche point ma […] Plus

    Lire la suite

  • Les vaincus

    À Louis-Xavier de Ricard. I La Vie est triomphante et l’Idéal est mort, Et voilà que, criant sa joie au vent qui passe, Le cheval enivré du vainqueur broie et mord Nos frères, qui du moins tombèrent avec grâce. Et nous que la déroute a fait survivre, hélas ! Les pieds meurtris, les yeux troubles, […] Plus

    Lire la suite

  • Les cloches du sommeil

    Toutes les cloches du sommeil s’en vont sonnant à perdre voix Voici le jour du grand réveil Tous mes amis viennent à moi tous mes amis vivants et morts les compagnons du désespoir frères du sang frères du sort ceux des matins et ceux des soirs Les grands navires appareillent O souvenirs ombres sans lois […] Plus

    Lire la suite

  • Ébauche d’un serpent

    A Henri Ghéon. Parmi l’arbre, la brise berce La vipère que je vêtis; Un sourire, que la dent perce Et qu’elle éclaire d’appétits, Sur le Jardin se risque et rôde, Et mon triangle d’émeraude Tire sa langue à double fil… Bête que je suis, mais bête aiguë, De qui le venin quoique vil Laisse loin […] Plus

    Lire la suite

  • Une Semaine à Paris

    Aux Français Debout ! mânes sacrés de mes concitoyens ! Venez ; inspirez-les, ces vers où je vous chante. Debout, morts immortels, héroïques soutiens De la liberté triomphante ! Brûlant, désordonné, sans frein dans son essor, Comme un peuple en courroux qu’un même cri soulève, Que cet hymne vers vous s’élève De votre sang qui fume encor ! Quels sont […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.