Passez en mode sombre, plus agréable pour vos yeux la nuit.

Passez au mode éclairé qui est plus agréable pour vos yeux pendant la journée.

Lexique de termes relatifs à la poésie

Allégorie

Une allégorie est une forme de représentation indirecte qui emploie une chose (une personne, un être animé ou inanimé, une action) comme signe d’une autre chose, cette dernière étant souvent une idée abstraite ou une notion morale difficile à représenter directement. Elle représente donc une idée abstraite par du concret. En littérature, l’allégorie est une figure rhétorique qui consiste à exprimer une idée en utilisant une histoire ou une représentation qui doit servir de support comparatif. La signification étymologique est « une autre manière de dire », au moyen d’une image figurative ou figurée.

Histoire de l’allégorie

En Europe, l’initiateur de l’allégorie physique est Théagène de Rhégion (vie siècle av. J.-C.). On a une idée de ses conceptions à partir d’une scolie au chant XX de l’ Iliade : « La doctrine d’Homère sur les dieux s’attache généralement à l’inutile, voire à l’inconvenant ; car les mythes qu’il narre sur les dieux ne sont pas convenables. Pour dissoudre une telle accusation, il en est qui invoquent la manière de parler ; ils estiment que tout a été dit en allégorie et concerne la nature des éléments [terre, eau, air, feu], par exemple dans le cas des désaccords entre les dieux. C’est ainsi que, d’après eux, le sec combat l’humide, le chaud le froid, et le léger le lourd : l’eau éteint le feu, mais le feu dessèche l’air ; il en va de même de tous les éléments dont l’univers est composé : il y a entre eux une opposition fondamentale ; ils comportent une fois pour toutes la corruption au niveau des êtres particuliers, mais dans leur ensemble, ils subsistent éternellement. Ce sont de tels combats qu’Homère aurait institué, donnant au feu le nom d’Apollon, d’Hélios, d’Héphaïstos, à l’eau celui de Poséidon et de Scamandre, à la Lune celui d’Artémis, à l’air celui d’Héra. »

Différentes formes de l’allégorie

On peut distinguer l’allégorie figure de style, ou, plus précisément, figure d’« élocution » et l’allégorie comme procédé d’« invention ».

La première déborde rarement le cadre de la phrase. Il s’agit en fait d’une métaphore qui est présentée point par point. Par exemple, quand un amoureux s’écrie : « C’est une tigresse ! », il recourt à une métaphore. Mais s’il dit : « Cette tigresse me guette, puis bondit sur moi et me dévore le cœur », c’est une allégorie. Quand une telle allégorie se prolonge un peu, on parle en général de « métaphore filée ».

L’allégorie-invention tient une place plus importante et s’étend à tout un paragraphe, un chapitre ou même un livre. Ce type d’allégorie constitue alors une histoire où les personnages et les événements ont un second sens symbolique. Par exemple, Le Lion de Jean de La Fontaine est en fait une allégorie de la monarchie.

Dans l’art, l’allégorie peut exprimer par exemple une idée, une pensée par un élément d’une image.

Littérature

La littérature juive qualifiée d’apocalyptique ou eschatologique est un des plus anciens exemples d’œuvres allégoriques. Elle apparaît au iie siècle av. J.-C. et avant la découverte des manuscrits de la mer Morte, elle n’était connue que parce que le mouvement chrétien l’avait préservée alors que le judaïsme traditionnel l’avait oubliée.

Dans la littérature occidentale, une des premières œuvres entièrement allégorique est la Psychomachie de l’auteur latin Prudence. Elle met en scène le combat des vices et des vertus qui se battent pour dominer l’âme humaine. Très influente, cette longue poésie épique inspira les poètes et les auteurs médiévaux, mais aussi les artistes[réf. nécessaire].

En français, l’apologue, la fable, la parabole, mettent souvent en œuvre des allégories sous la forme de personnifications d’une idée abstraite. Ainsi, les deux premiers vers de la fable le Loup et l’Agneau de La Fontaine La raison du plus fort est toujours la meilleure, annoncent la portée allégorique du récit qui va opposer deux protagonistes :

« La raison du plus fort est toujours la meilleure ; / / nous l’allons montrer tout à l’heure. »

L’allégorie peut également investir une œuvre plus longue, comme en témoigne le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meung. Ainsi on peut dire qu’une allégorie peut se présenter sous plusieurs formes, en image, en paroles ou encore en textes.

En tant que figure de continuité, constituée par la conjugaison de figures de métaphores qui renvoient toutes au contenu signifié, l’allégorie est le topos par excellence de l’analyse psychologique.

Dans la littérature médiévale, l’écriture allégorique était un genre très développé. Ce genre trouve son origine dans l’œuvre de Prudence (ive)

Exemples

« Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir »

(Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXVIII)

Vous avez ici deux allégories pour le prix d’une : l’Espoir et l’Angoisse sont représentés sous des traits humains. Les allégories sont très simples à repérer car elles commencent dans 99 % des cas par une lettre majuscule. L’auteur les traite en effet comme des personnes, donc comme des noms propres. Ici, les allégories mettent en scène de façon imagée les sentiments du poète. Baudelaire présente son paysage intérieur comme un véritable champ de bataille duquel l’angoisse sort victorieuse. La représentation de l’angoisse sous les traits d’un despote apparaît effrayante, inquiétante et suggère par une image forte l’horreur du sentiment ressenti.

Retour au sommet

Connectez-vous

Regénérer un mot de passe

Si vous n’avez pas de compte Créer un compte

Regénérer un mot de passe

Indiquez-nous votre adresse, nous vous enverrons un email pour regénérer un mot de passe.

Le lien de réinitialisation de votre mot de passe semble invalide ou a expiré.

Connectez-vous

Privacy Policy

Ajouter à ma collection

Pas de collections

Vous trouverez ici toutes les collections que vous avez créées auparavant.