Avant L’heure

Elle est allumée
On ne voit plus qu’elle
Et le cœur triangulaire
Qui brille au soleil

Une matinée

Une aube nouvelle
Mais la journée amère
Qui reste pareille

Salué en passant quelques yeux inconnus

Où passe le regard que chacun emporte

Et le nom que l’on a cloué

Sur chacune des deux portes

J’ai crié en frappant
On ne répondait pas

J’ai pleuré en partant
Mais sans qu’aucun me voie

Et toute la tristesse est restée enfermée

Attendant le soleil qui ouvre les fenêtres

Et les desseins obscurs qui roulent dans ma tête

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments