Main road

Il y a des tracteurs, des rouleaux compresseurs,
Des camions, des motos, des jeeps, des bétonnières.
Du goudron éventré, du ciment de carrière,
Des bulldozers, des pneus, de l’huile de moteur.

Il y a sur la route tout le bruit qu’on peut faire,
Du fuel incomburé, des cartons, des vapeurs,
Des carlingues rouillées, des bouts de radiateur,
Tout cela tributaire du pas des dromadaires.

Mais il y a aussi des ânes, des boucs, des bœufs,

Des vaches, des poules, des chèvres et des charrettes à bras,

Des vélos, des rickshaws, des chiens qui n’en sont pas

A leur première blessure sur un bitume en feu.
C’est un amas de muscles, d’acier, de bois, de fer :
Personne ne pense ici aux coulisses de l’enfer.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments