Mardi-Gras

Les gratte-ciel s’écartèlent

J’ai trouvé tout au fond

Canudo non rogné

Pour cinq sous
Chez un bouquiniste de la 14e rue

Religieusement
Ton improvisation sur la

IXe

Symphonie de

Beethoven

On voit

New-York comme la

Venise mercantile de l’océan occidental
La

Croix s’ouvre
Danse
Il n’y a pas de commune
Il n’y a pas d’aréopage
Il n’y a pas de pyramide spirituelle
Je ne comprends pas très bien le mot

Impérialisme
Mais dans ton grenier
Parmi les ouistitis les

Indiens les belles dames
Le poète est venu
Verbe coloré
Il y a des heures qui sonnent

Monrjoiel
L’olifant de

Roland
Mon taudis de

New

York
Les livres
Les messages télégraphiques
Et le soleil t’apporte le beau corps d’aujourd’hui dans
les coupures des journaux

Ces langes
Février 1914.

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Blaise Cendrars Apprenti Poète

Par Blaise Cendrars

Blaise Cendrars, de son vrai nom Frédéric-Louis Sauser, est un écrivain d'origine suisse, naturalisé français, né le 1er septembre 1887 à La Chaux-de-Fonds, dans le canton de Neuchâtel (Suisse), et mort le 21 janvier 1961 à Paris. Il est également connu sous les pseudonymes de Freddy Sausey, Frédéric Sausey, Jack Lee, et Diogène.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A Thilda

Lait