Dernières histoires

  • J’allais dans le verger…

    J’allais dans le verger où les framboises au soleil chantent sous l’azur à cause des mouches à miel. C’est d’un âge très jeune que je vous parle. Près des montagnes je suis né, près des montagnes. Et je sens bien maintenant que dans mon âme il y a de la neige, […]

  • Un jeune homme…

    À Gustave Kahn. Un jeune homme qui a beaucoup souffert traverse la place du hameau vert. La chaleur est immense. Il passe devant l’auberge et une modeste grille où s’entortillent des roses et de la vigne. La douce hirondelle poursuit les guêpes dans le silence. C’est l’heure des vêpres. Il entre […]

  • La Muse Héroïque

    ODE RÉCITÉE À LA COMÉDIE FRANÇAISE PAR MADEMOISELLE RACHEL La Muse. Peuple, écoute la voix de la Muse héroïque. Pensive et recueillie et tout émue encor, Je viens chanter Corneille, et sur son front stoïque Étendre cette main qui tient des sceptres d’or. Car son esprit vivant dans ma veine circule, […]

  • Idylle

    IDYLLE Maintenant sous le ciel tout repose ou tout aime. Lamartine. Sur l’herbe du verger, au pied de la charmille, Le jeune homme est assis près de la jeune fille. Chaque étoile à son tour pique le firmament ; Mille senteurs dans l’air, mille chansons bénies Unissent leurs parfums, croisent leurs […]

  • Prière

    Aimer, c’est la moitié de croire. Victor Hugo Les rideaux sont baissés & la porte est fermée : Un seul rayon perdu glisse furtivement, Et vient illuminer l’atmosphère embaumée. Là, dans son grand fauteuil la mère simplement, Tenant sur ses genoux la Bible de famille, Explique à ses enfants le Nouveau […]

  • Enfantine

    Toujours ces quatre douces têtes Riaient………….. Victor Hugo. Devant le grand feu vif de sarment qui pétille, Le père est entouré de toute sa famille : Les grand’mères en cheveux blancs, Pour qui le rude hiver de la vieillesse austère Jonche encore de fleurs la route solitaire Qu’elles parcourent à pas […]

  • Aux femmes

    S’il arrivait un jour, en quelque lieu sur terre, Qu’une entre vous vraiment comprit sa tâche austère ; Si, dans le sentier rude avançant lentement, Cette âme s’arrêtait à quelque dévoûment ; Si c’était la bonté sous les cieux descendue, Vers les infortunés la main toujours tendue ; Si l’époux et […]

  • Le jeune diacre, ou la Grèce chrétienne

    À M. Pouqueville De Messène au cercueil fille auguste et plaintive, Muse des grands revers et des nobles douleurs, Désertant ton berceau, tu pleuras nos malheurs ; Comme la Grèce alors la France était captive… De Messène au cercueil fille auguste et plaintive, Reviens sur ton berceau, reviens verser des pleurs. Entre […]

  • Apparition

    Où sont-ils les points cardinaux, Le soleil se levant à l’Est, Mon sang et son itinéraire Prémédité dans mes artères? Le voilà qui déborde et creuse, Grossi de neiges et de cris Il court dans des régions confuses; Ma tête qui jusqu’ici Balançait les pensées comme branches des îles, Forge des […]

  • C'était OKC'était OK J'ai aiméJ'ai aimé

    C’est l’été..

    C’est l’été, de jeunes garçons, des enfants, font le tour des alignements de Carnac en racontant aux touristes le mystère des pierres levées. Bien sûr, ils ont appris cela par cœur, mais leur voix monocorde et chantante garde le charme secret du rêve éveillé, comme s’ils y croyaient, comme s’ils y […]

  • La mort d’un chêne

    I Quand l’homme te frappa de sa lâche cognée, Ô roi qu’hier le mont portait avec orgueil, Mon âme, au premier coup, retentit indignée, Et dans la forêt sainte il se fit un grand deuil. Un murmure éclata sous ses ombres paisibles ; J’entendis des sanglots et des bruits menaçants ; […]

  • Sur ma vieillesse

    Il fallait n’être vieux qu’à Sparte Disent les anciens écrits. Ô dieux ! combien je m’en écarte, Moi qui suis si vieux dans Paris ! Ô Sparte ! Sparte, hélas, qu’êtesvous devenue ? Vous saviez tout le prix d’une tête chenue. Plus dans la canicule on était bien fourré, Plus l’oreille […]