Les Plus Lus

  • C'était OKC'était OK

    Cortege

    Un vieillard en or avec une montre en deuil Une reine de peine avec un homme d’Angleterre Et des travailleurs de la paix avec des gardiens de la mer Un hussard de la farce avec un dindon de la mort Un serpent à café avec un moulin à lunettes Un chasseur de corde avec un […] Plus

    Lire la suite

  • Le temps des noyaux

    Soyez prévenus vieillards soyez prévenus chefs de famille le temps où vous donniez vos fils à la patrie comme on donne du pain aux pigeons ce temps-là ne reviendra plus prenez-en votre parti c’est fini le temps des cerises ne reviendra plus et le temps des noyaux non plus inutile de gémir allez plutôt dormir […] Plus

    Lire la suite

  • événements

    Une hirondelle vole dans le ciel vole vers son nid son nid où il y a des petits elle leur apporte une ombrelle des vers de vase des pissenlits un tas de choses pour amuser les enfants dans la maison où il y a le nid un jeune malade crève doucement dans son lit dans […] Plus

    Lire la suite

  • La pêche à la baleine

    A la pêche à la baleine, à la pêche à la baleine, Disait le père d’une voix courroucée A son fils Prosper, sous l’armoire allongé, A la pêche à la baleine, à la pêche à la baleine. Tu ne veux pas aller. Et pourquoi donc? Et pourquoi donc que j’irais pêcher une bête Qui ne […] Plus

    Lire la suite

  • La Frégate La Sérieuse

    I Qu’elle était belle, ma Frégate, Lorsqu’elle voguait dans le vent ! Elle avait, au soleil levant, Toutes les couleurs de l’agate ; Ses voiles luisaient le matin Comme des ballons de satin ; Sa quille mince, longue et plate, Portait deux bandes d’écarlate Sur vingtquatre canons cachés ; Ses mâts, en arrière penchés, Paraissaient […] Plus

    Lire la suite

  • Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud!

    Tes dix-huit ans réfractaires à l’amitié, à la malveillance, à la sottise des poètes de Paris ainsi qu’au ronronnement d’abeille stérile de ta famille ardennaise un peu folle, tu as bien fait de les éparpiller aux vents du large, de les jeter sous le couteau de leur précoce guillotine. Tu as eu raison d’abandonner le […] Plus

    Lire la suite

  • L’ordre nouveau

    Le soleil gît sur le sol Litre de vin rouge brisé Une maison comme un ivrogne Sur le pavé s’est écroulée Et sous son porche encore debout Une jeune fille est allongée Un homme à genoux près d’elle Est en train de l’achever Dans la plaie où remue le fer Le cœur ne cesse de […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.