Temps

Le laboureur jette ses jurons à la volée sur ses chevaux.
La terre retombe comme du sable sur la brillante épaule du soc.

Tout le ciel tourne,

un ange te parle,

mais le temps n’est que toi-même.

Que tu t’avances d’un pas et les futurs se prosternent

Notez

Voter pour ce poème!

AVIS, CRITIQUES ET ANALYSES

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Mœurs du siècle

Cri