Cri

Un matin comme les autres, l’avoine coupée d’hier, le verger jonché de prunes.

Le ruisseau ne cesse guère de s’en aller sous la brume.

Un nuage à l’horizon, l’agneau que sa mère oublie, le pic-épeiche et son cri.

La grande herbe se balance depuis les débuts du monde.

Notez

Voter pour ce poème!

AVIS, CRITIQUES ET ANALYSES

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Temps

Un nuage est une barre…