Cri

Un matin comme les autres, l’avoine coupée d’hier, le verger jonché de prunes.

Le ruisseau ne cesse guère de s’en aller sous la brume.

Un nuage à l’horizon, l’agneau que sa mère oublie, le pic-épeiche et son cri.

La grande herbe se balance depuis les débuts du monde.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments