Il est vray. Je le sçay. Mes Vers sont mesprisez

Il est vray. Je le sçay. Mes Vers sont mesprisez.
Leur cadence a choqué les Galans et les Belles,
Graces à la bonté des Orateurs frisez,
Dont le faux sentiment regne dans les Ruelles.

Ils s’efforcent en vain de ravaler mon prix ;
Et malgré leur malice, aussi foible que noire,
Mon Livre sera leu de tous les beaux Esprits ;
Et, plus il vieillira, plus il aura de Gloire.

Tant qu’on fera des Vers, les miens seront vivans ;
Et la Race future, équitable aux Sçavans,
Dira que j’ay connu l’Art qui fait bien Escrire.

Elle n’aymera pas l’impertinent caquet
Des Eloquens fardez que nostre siecle admire,
Et qui luy font porter le tiltre de Coquet.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par François Maynard

Poemes François Maynard - Découvrez les œuvres poétiques de François Maynard

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A lautréamont

Le temps de vivre