Le salut

Il posa son chapeau sur le lit et derrière lui le malheur vêtu en petite sœur de la
Miséricorde pénétra dans la chambre et de sa voix de bistouri

il mit à vif la cicatrice de l’oubli.


Nous avions de quoi vivre
Pourquoi as-tu agi ainsi?

Et moi

heureuse hier d’avoir enfin

de quoi mourir me fallait-il

encore faire semblant de sourire?


Tu es sauvée, nous t’avons sauvée.


Sauvée.
Sauvée, sauvée moi qui voulais m’enfuir!

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments