OÙ je vais, d’oÙ je viens…

Où je vais, d’où je viens.

Pourquoi je suis trempée.

Voyons, ça se voit bien.

Il pleut.

La pluie, c’est de la pluie

Je vais dessous, et puis.

Et puis c’est tout.

Passez votre chemin

Comme je passe le mien.

C’est pour mon plaisir

Que je pataug-e dans la boue.

La pluie, ça me fait rire.

Je ris de tout et de tout et de tout.

Si vous avez la larme facile

Rentrez plutôt chez vous.

Pleurez plutôt sur vous,

Mais laissez-moi.

Laissez-moi, laissez-moi, laissez-moi, laissez-moi.

Je ne veux pas entendre le son de votre voix,

Passez votre chemin

Comme je passe le mien.

Le seul homme que j’aimais,

c’est vous qui l’avez tué,

matraqué, piétiné…

achevé.

J’ai vu son sang couler,

couler dans le ruisseau,

dans le ruisseau.

Passez votre chemin

comme je passe le mien.

L’homme que j’aimais

est mort, la tête dans la boue.

Ce que j’peux vous haïr,

vous haïr… c’est fou… c’est fou… c’est fou.

Et vous vous attendrissez sur moi,

vous êtes trop bons pour moi,

beaucoup trop bons, croyez-moi.

Vous êtes bons… bons comme le ratier est bon pour le

rat… mais un jour… un jour viendra où le rat vous mordra…
Passez votre chemin, hommes bons… hommes de bien.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Pour monsieur le dauphin et monsieur d’Orléans

Duel aux camélias