Cri du cœur

C’est pas seulement une voix qui chante

c’est d’autres voix une foule de voix

voix d’aujourd’hui ou d’autrefois

Des voix marrantes ensoleillées

désespérées émerveillées

Voix déchirantes et brisées

voix souriantes et affolées

folles de douleur et de gaieté

C’est la voix d’un chagrin tout neuf la voix de l’amour mort ou vif

la voix d’un pauvre fugitif

la voix d’un noyé qui fait plouf

C’est la voix d’un oiseau craintif

la voix d’un moineau mort de froid

sur le pavé d’la rue de la
Joie
Tout simplement la voix d’un piaf

Et toujours toujours quand je chante

cet oiseau-là chante avec moi

Toujours toujours encore vivante

sa pauvre voix tremble pour moi

Si je disais tout ce qu’il chante

tout c’ que j’ai vu et tout c’ que je sais

j’en dirais trop et pas assez

Et tout ça je veux l’oublier

D’autres voix chantent un vieux refrain

c’est leur souvenir c’est plus le mien

je n’ai plus qu’un seul cri du cœur

J’aime pas le malheur j’aime pas le malheur

et le malheur me le rend bien

mais je 1′ connais il m’ fait plus peur

Il dit qu’on est mariés ensemble même si c’est vrai je n’en crois rien

Sans pitié j’écrase mes larmes

je leur fais pas d’ publicité

Si on tirait 1′ signal d’alarme

Pour des chagrins particuliers

jamais les trains n’ pourraient rouler

Et je regarde le paysage

si par hasard il est trop laid

j’attends qu’il se rTasae une beauté

Et les douaniers du désespoir

peuvent bien éventrer mes bagages

me palper et me questionner

j’ai jamais rien à déclarer

L’amour comme moi part en voyage

un jour je le rencontrerai

A peine j’aurai vu son visage

tout de suite je le reconnaîtrai.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Cérémonial

Larmes