Sonnet – Musulmanes

À Camille de Sainte-Croix.

Vous cachez vos cheveux, la toison impudique,
Vous cachez vos sourcils, ces moustaches des yeux,
Et vous cachez vos yeux, ces globes soucieux,
Miroirs plein d’ombre où reste une image sadique ;

L’oreille ourlée ainsi qu’un gouffre, la mimique
Des lèvres, leur blessure écarlate, les creux
De la joue, et la langue au bout rose et joyeux,
Vous les cachez, et vous cachez le nez unique !

Votre voile vous garde ainsi qu’une maison
Et la maison vous garde ainsi qu’une prison ;
Je vous comprends : l’Amour aime une immense scène. CONTINUER LA LECTURE

La fée

Il en est encore une au monde,
Je la rencontre quelquefois,
Je dois vous dire qu’elle est blonde
Et qu’elle habite au fond des bois.

N’était que Vous, Vous êtes brune
Et que Vous habitez Paris,
Vous vous ressemblez… sous la lune,
Et quand le temps est un peu gris.

Or, dernièrement, sur ma route
J’ai vu ma fée aux yeux subtils :
« Que faites-vous ? — Je vous écoute.
— Et les amours, comment vont-ils ?

— Ah ! ne m’en parlez pas, Madame,
C’est toujours là que l’on a mal ;
Si ce n’est au corps… c’est à l’âme.
L’amour, au diable l’animal ! CONTINUER LA LECTURE

J’ai du goût pour la flâne

Dixain.

J’ai du goût pour la flâne, et j’aime, par les rues,
Les réclames des murs fardés de couleurs crues,
La Redingote Grise, et Monsieur Gallopau ;
L’Hérissé qui rayonne au-dessous d’un chapeau ;
La femme aux cheveux faits de teintes différentes.
Je m’amuse bien mieux que si j’avais des rentes
Avec l’homme des cinq violons à la fois,
Bornibus, la Maison n’est pas au coin du Bois ;
Le kiosque japonais et la colonne-affiche…
Et je ne conçois pas le désir d’être riche. CONTINUER LA LECTURE

Ignorant

Je suis bien ignorant, Madame :
Je ne sais si j’ai quatre mains,
Si je n’ai qu’un corps ou qu’une âme,
Ou quatre pieds sur les chemins.

Je ne sais pas si j’ai deux queues,
Et deux têtes, il se pourrait ;
Mais je ne ferais pas trois lieues
Pour prendre au vol ce beau secret.

Je ne sais si j’ai quatre joues,
Sous quatre-z-yeux ou sous deux nez,
Comme ceux avec qui tu joues,
Sans gestes trop désordonnés.

Je ne sais pas si j’ai six… couilles
Ou six ou sept, entendons-nous,
Ké-ke-ça peut vous fiche… arsouilles,
Je ne couche pas avec vous. CONTINUER LA LECTURE

La rencontre

Vous mîtes votre bras adroit,
Un soir d’été, sur mon bras… gauche.
J’aimerai toujours cet endroit,
Un café de la Rive-Gauche ;

Au bord de la Seine, à Paris :
Un homme y chante la Romance
Comme au temps… des lansquenets gris ;
Vous aviez emmené Clémence.

Vous portiez un chapeau très frais
Sous des nœuds vaguement orange,
Une robe à fleurs… sans apprêts,
Sans rien d’affecté ni d’étrange ;

Vous aviez un noir mantelet,
Une pèlerine, il me semble,
Vous étiez belle, et… s’il vous plaît,
Comment nous trouvions-nous ensemble ? CONTINUER LA LECTURE

Fou

Que je sois un fou, qu’on le dise,
Je trouve ça tout naturel,
Ayant eu ma part de bêtise
Et commis plus d’une sottise,
Depuis que je suis… temporel.

Je suis un fou, quel avantage,
Madame ! un fou, songez-y bien,
Peut crier… se tromper d’étage,
Vous proposer… le mariage,
On ne lui dira jamais rien,

C’est un fou ; mais lui peut tout dire,
Lâcher parfois un terme vil,
Dans ce cas le mieux c’est d’en rire,
Se fâcher serait du délire,
À quoi cela servirait-il ? CONTINUER LA LECTURE

Le verre

Madame, on m’a dit l’autre jour
Que j’imitais… qui donc ? devine ;
Que j’imitais Musset : le tour
N’en est pas nouveau, j’imagine.

Musset a répondu pour nous :
« C’est imiter quelqu’un, que diantre !
Écrit-il, que planter des choux
En terre… ou des enfants… en ventre. »

Et craquez, corsets de satin !
Quant à moi, s’il me faut tout dire,
J’imite quelqu’un, c’est certain,
Quelqu’un du poétique empire. CONTINUER LA LECTURE

Cantique à la Reine

I.

Douce Vierge Marie, humble mère de Dieu
Que tout le ciel contemple,
Vous qui fûtes un lys debout dans l’encens bleu
Sur les marches du temple ;

Épouse agenouillée à qui l’ange parla ;
Ô divine accouchée,
Que virent les bergers, qu’une voix appela,
Sur la roche penchée ;

Qui regardiez dormir, l’abreuvant d’un doux lait,
L’adorant la première,
Un enfant frêle et nu, mais qui, la nuit, semblait
Être fait de lumière ;

Ô morte, qu’enleva dans les plis des rideaux
À la nuit de la tombe
L’essaim des chérubins, qui portent à leur dos
Des ailes de colombe, CONTINUER LA LECTURE

Cas de divorce

Adam était fort amoureux.
Maigre comme un clou, les yeux creux ;
Son Ève était donc bien heureuse
D’être sa belle Ève amoureuse,
Mais… fiez-vous donc à demain !
Un soir, en promenant sa main
Sur le moins beau torse du monde,
Ah !… sa surprise fut profonde !
Il manquait une côte… là.
Tiens ! Tiens ! que veut dire cela ?
Se dit Ève, en baissant la tête.
Mais comme Ève n’était pas bête,
Tout d’abord Ève ne fit rien
Que s’en assurer bel et bien.
« Vous, Madame, avec cette mine ?
Qu’avez-vous donc qui vous chagrine ? »
Lui dit Adam, le jour suivant.
« Moi, rien… dit Ève… c’est… le vent. »
Or, le vent donnait sous la plume,
Contrairement à sa coutume.
Un autre eût été dépité,
Mais comme il avait la gaieté
Inaltérable de son âge,
Il s’en fut à son jardinage
Tout comme si de rien n’était. CONTINUER LA LECTURE

Le baiser (II)

Comme une ville qui s’allume
Et que le vent achève d’embraser,
Tout mon cœur brûle et se consume,
J’ai soif, oh ! j’ai soif d’un baiser.

Baiser de la bouche et des lèvres
Où notre amour vient se poser,
Plein de délices et de fièvres,
Ah ! j’ai soif, j’ai soif d’un baiser !

Baiser multiplié que l’homme
Ne pourra jamais épuiser,
Ô toi, que tout mon être nomme,
J’ai soif, oui, j’ai soif d’un baiser.

Fruit doux où la lèvre s’amuse,
Beau fruit qui rit de s’écraser,
Qu’il se donne ou qu’il se refuse,
Je veux vivre pour ce baiser. CONTINUER LA LECTURE