Les Plus Lus

  • A un maître inconnu

    Du temps que j’étais écolier sauvage En un vieux collège aux livres moisis, S’en vint jusqu’à moi, s’en vint une page D’un recueil tout frais de « Morceaux choisis ». Comme l’eau d’avril au creux des fontaines, Ainsi le printemps riait dans ces vers. Je lus et je vis, aux brumes lointaines, S’ouvrir les yeux […] Plus

    Lire la suite

  • Au manoir de Keranglaz

    Elle est couchée en son lit clos ; Elle dort, elle dort, Tryphine ! Aussi blonds que la paille fine, Ses cheveux coulent à longs flots Sur la nacre de sa poitrine. Et la cuisine vaste est pleine de sanglots !… *** On a pour la veillée invité les fileuses ; Par les sentiers prochains […] Plus

    Lire la suite

  • Couchant d’août

    A ReineAnne Voici venir vers nous le soir aux yeux de cendre, Clairs encor d’un reflet de la braise du jour Dans le couchant d’août, ma mie, allons l’attendre, Parmi l’or pâlissant de notre été d’amour. Nous lui dirons : « Sois pur, soir pacifique et tendre, Fraîcheur des champs brûlés, repos des membres lourds, […] Plus

    Lire la suite

  • Barque échouée

    Barque échouée au bord des rivages bretons, J’ai désappris l’essor de mes jeunes sillages Et laissé, sur mes flancs, se nouer en festons Vos scalps souillés d’écume, ô goémons des plages. Il ne m’importe plus si d’autres les refont, Mes croisières d’antan, mes belles odyssées ; Promise au lent trépas des carènes blessées, J’abandonne le […] Plus

    Lire la suite

  • Quimper

    A André Bénac Ce qui me charme en toi, Quimper de Cornouailles, C’est qu’une âme rustique imprègne ta cité, Que les champs sont chez eux au coeur de tes murailles Et que, né paysan, ton peuple l’est resté. Tes rivières te font un collier de sonnailles Et dans leurs reflets verts mirent le quai planté […] Plus

    Lire la suite

  • Lever d’aube

    Drapée en sa cape de veuve, S’efface à pas discrets la nuit Voici poindre la clarté neuve De l’aube qui s’épanouit. Elle promène sur les choses Son beau regard silencieux Et la mer se jonche de roses Sous la caresse de ses yeux. Pour son adorable venue Le désert du ciel s’est paré… Salut, déesse […] Plus

    Lire la suite

  • Messe noire

    A Pauline Ménou Dans la nuit noire, recourbée en nef d’église, S’inscrivent, par instants, des pâleurs de vitraux Qu’une clarté de lune intermittente irise : Un vent religieux frissonne sur les eaux. Au large de l’ArMen solitaire, agonise L’âme, lente à sombrer, des soirs occidentaux. Un deuil plane sur les maisons de pierre grise ; […] Plus

    Lire la suite

  • Sanctuaire en ruines

    A François Gélard J’ai dans l’âme un vieux sanctuaire Aux trois quarts, hélas ! ruiné, Où, sur un pauvre autel de pierre, Des fleurs achèvent de faner. J’ai dans l’âme un vieux sanctuaire… Voilà beau temps qu’on n’y vient plus, Au matin, dire la prière Et, le soir, tinter l’angélus. Jadis, pareilles à des vierges, […] Plus

    Lire la suite

  • Soir d’automne

    L’automne est la saison dolente. L’âme des labours assoupis Berce d’une hymne somnolente L’enfance des futurs épis ; Et, triste, la mer de Bretagne Se prend à gémir, dans le soir. Par les sentiers de la montagne, Commence à rôder le Mois Noir. Et les cloches ont l’air de veuves, Dans les clochers silencieux… Nous […] Plus

    Lire la suite

  • Coiffe Trégorroise

    Sur un front lisse et pur, finement épinglée, Tu m’évoques ma mère, ô coiffe du Trégor, Et, dans ta conque frêle avec art ciselée, C’est toute la chanson de mon passé qui dort. Comme tu palpitais, pudique, à la veillée, Sur quelque nuque mince aux chastes frisons d’or ! De ton charme, longtemps, j’eus l’âme […] Plus

    Lire la suite

  • Le Pâtre de la nuit

    De qui surveillaitil les troupeaux ? On ne sait. Mais, chaque soir, à l’heure où le soleil baissait, Sur le RocTrévézel on le voyait paraître, Debout, dans l’attitude immobile d’un prêtre En oraison devant l’Esprit de ce hautlieu… Le couchant s’éteignait dans le firmament bleu Et les ombres des monts, en nappes déroulées Du front […] Plus

    Lire la suite

  • Dédicaces pour la Chanson de la Bretagne

    A Madame E.B. Un soir que vous rêviez assise au bord des grèves Vint s’étendre à vos pieds un harpeur de Quimper. Les rêves qu’il chantait ressemblaient à vos rêves Comme le bruit des pins aux rumeurs de la mer. Il disait la beauté de la terre océane, Son sortilège lent, délicat et secret, Et […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.