La rivière

Tes jeunes seins brillaient sous la lune

mais il a jeté

le caillou glacé

la froide pierre de la jalousie

sur le reflet

de ta beauté

qui dansait nue sur la rivière

dans la splendeur de l’été.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre histoire, avis ou analyse!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Antipathique

Un jour reconnaissant que je suis incapable