Les Plus Lus

  • C'était OKC'était OK

    Cortege

    Un vieillard en or avec une montre en deuil Une reine de peine avec un homme d’Angleterre Et des travailleurs de la paix avec des gardiens de la mer Un hussard de la farce avec un dindon de la mort Un serpent à café avec un moulin à lunettes Un chasseur de corde avec un […] Plus

    Lire la suite

  • Les Poètes

    SHAKESPEARE. À lui la baguette magique Le pouvoir de tout enchaîner ; Il riva la Nature aux plis de sa tunique, Et la Création a su le couronner. MILTON. Son esprit était un pactole Dont les flots roulaient de l’or pur, Un temple à la vertu dont la vaste coupole Se perdait dans les cieux […] Plus

    Lire la suite

  • Le monde

    Le monde que je vois, N’est plus le monde aimé, Tous les êtres sont en abois, Ce sont sûrement des âmes égarées..   Loin de ces envies de formidables exceptionnelles carrières, Ou tout le monde court dans cette grande clairière, Peu nombreux idiots imbéciles incultes nous sommes , a ne voir qu’au final toutes ces […] Plus

    Lire la suite

  • La retraite

    Aux bords de ton lac enchanté, Loin des sots préjugés que l’erreur déifie, Couvert du bouclier de ta philosophie, Le temps n’emporte rien de ta félicité ; Ton matin fut brillant ; et ma jeunesse envie L’azur calme et serein du beau soir de ta vie ! Ce qu’on appelle nos beaux jours N’est qu’un […] Plus

    Lire la suite

  • L’ascension humaine

    Tandis qu’au loin des nuées, Qui semblent des paradis, Dans le bleu sont remuées, Je t’écoute, et tu me dis : « Quelle idée as-tu de l’homme, « De croire qu’il aide Dieu ? « L’homme est-il donc l’économe « De l’eau, de l’air et du feu ? « Est-ce que, dans son armoire, « […] Plus

    Lire la suite

  • Læti et Errabundi

    Les courses furent intrépides (Comme aujourd’hui le repos pèse !) Par les steamers et les rapides. (Que me veut cet at home obèse ?) Nous allions, — vous en souvient-il, Voyageur où ça disparu ? — Filant légers dans l’air subtil, Deux spectres joyeux, on eût cru ! Car les passions satisfaites Insolemment outre mesure […] Plus

    Lire la suite

  • Prologue

    De la pensée aux mots, un monde. Dès qu’ils viennent en gros, la ronde. De la phrase à la phrase, la stance. Des couplets qui s’embrasent, la danse. Du chagrin à l’oubli, un antre. Sous toute philosophie, le ventre. Des coulisses aux décors, un voile. Du trépas à la mort, un râle. De la graine […] Plus

    Lire la suite

  • À une dame ou soit-disant telle

    Tu commences par me louer, Tu veux finir par me connaître. Tu me louras bien moins ; mais il faut t’avouer Ce que je suis, ce que je voudrais être. J’aurai vu dans trois ans passer quarante hivers ; Apollon présidait un jour qui m’a vu naître ; Au sortir du berceau j’ai bégayé des […] Plus

    Lire la suite

  • L’espoir en Dieu

    Tant que mon pauvre cœur, encor plein de jeunesse, A ses illusions n’aura pas dit adieu, Je voudrais m’en tenir à l’antique sagesse, Qui du sobre Épicure a fait un demi-dieu Je voudrais vivre, aimer, m’accoutumer aux hommes Chercher un peu de joie et n’y pas trop compter, Faire ce qu’on a fait, être ce […] Plus

    Lire la suite

  • À Monsieur le comte Algarotti

    Lorsque ce grand courrier de la philosophie, Condamine l’observateur, De l’Afrique au Pérou conduit par Uranie, Par la gloire, et par la manie, S’en va griller sous l’équateur, Maupertuis et Clairaut, dans leur docte fureur, Vont geler au pôle du monde. Je les vois d’un degré mesurer la longueur, Pour ôter au peuple rimeur Ce […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.