Les Plus Lus

  • Les Vieilles Gens

    LA MÈRE JACQUELINE. La cour était petite, étroite, sale et sombre: Le corps de la maison y projetait son ombre. La porte entre-bâillée, au battant chancelant, Laissait voir le chemin de poussière tout blanc. Des […] Plus

  • Solitude

    Vous qui me plaignez, ne me plaignez plus, Vous qui m’enviez, n’ayez pas d’envie, Mon destin est tel que je le voulus, Et Dieu fit sans moi mon cœur et ma vie. J’ai su découvrir […] Plus

  • Automnales

    Doux vents d’automne, attiédissez l’amie! SAINTE-BEUVE I. Voici les vents du sud qui font tomber les fruits Et s’entr’ouvrir parfois les âmes plus aimées. Ils passent sur mon front en ondes parfumées, Hérauts des souvenirs […] Plus

  • Bonheur

    Et les beaux jours sont pour moi les plus pénibles. SENANCOURT Été vertigineux, négation des pleurs, Nuits blanches, soirs dorés, aubes resplendissantes, Épanouissement d’étoiles et de fleurs, Ivresse magnétique aux effluves puissantes : Été vertigineux, […] Plus

  • Lune d’avril

    Voici briller la lune blanche. THEOPHILE GAUTIER Déployant ses ailes de cygne Au vol lent et capricieux, Le clair de lune me fait signe Et m’entraîne au loin sous les cieux. Il franchit les lacs […] Plus

  • Chant de fête

    Oh ! moi, je l’entends bien ce monde qui t’admire. Sainte-Beuve. Il disait : « — pourquoi ce sourire, « Pourquoi ces yeux prêts à pleurer, « Pourquoi rester sans me rien dire, « Et, […] Plus

  • La Combe

    En vain elle s’est dit que la campagne est belle. Sainte-Beuve. Non, plus pour aujourd’hui, plus de grandes pensées, De saintes questions à la hâte embrassées, D’énergiques efforts, d’élans fiers et hardis. Mon esprit est […] Plus

  • Jour tombant

    Rien ne finit, rien ne commence, Ce n’est ni la nuit ni le jour. LECONTE DE LISLE Sur le ciel gris rosé l’extrémité des branches Se découpe légère et frissonnante au vent ; L’heure est […] Plus

  • Orgueil !

    Non, non, je ne suis pas de ces femmes qui meurent Et rendent ce dernier service à leurs bourreaux, Pour qu’ils vivent en paix et sans soucis demeurent. Vois-tu, ces dévoûments sont niais s’ils sont […] Plus

  • À ce qui n’est plus

    Je sais l’art d’évoquer les minutes heureuses. Charles Baudelaire. Pourquoi revenez-vous creuser mon souvenir, Ô jours trop tôt perdus, ô trop chères pensées, Images que le temps doit avoir effacées, Mots que mon cœur jalouse […] Plus

  • Les Remembrances

    Il n’est si triste amour qui n’ait son souvenir. A. de Musset. Quel glas de désespoir résonne à mon oreille ? Je souffre ; mon front brûle et mon corps est transi. N’aura-t-il point pitié […] Plus

  • Page blanche

    Qu’écrire ? Vierge encor la page est sous mes doigts, Prête à tout elle attend mon caprice. — Autrefois La chantante élégie en mon cœur murmurée, Source qui débordait de la vasque nacrée, S’épanchait d’elle-même […] Plus