Atelier

La

Ruche
Escaliers, portes, escaliers
Et sa porte s’ouvre comme un journal
Couverte de cartes de visite
Puis elle se ferme.
Désordre, on est en plein désordre
Des photographies de

Léger, des photographies de
Tobeen, qu’on ne voit pas

Et au dos
Au dos
Des œuvres frénétiques
Esquisses, dessins, des oeuvres frénétiques
Et des tableaux…
Bouteilles vides
Nous garantissons la pureté absolue de notre sauce
tomate-Dit une étiquette

La fenêtre est un almanach

Quand les grues gigantesques des éclairs vident les
péniches du ciel à grand fracas et déversent des bannes
de tonnerre

Il en tombe

Pêle-mêle
Des cosaques le

Christ un soleil en décomposition
Des toits
Des somnambules des chèvres
Un lycanthrope
Pétrus

Borel
La folie l’hiver
Un génie fendu comme une pêche
Lautréamont
Chagall
Pauvre gosse auprès de ma femme
Délectation morose
Les souliers sont éculés
Une vieille marmite pleine de-chocolat.
Une lampe qui se dédouble
Et mon ivresse quand je lui rends visite
Des bouteilles, vides ”
Des bouteilles
Zina
(Nous avons parlé d’elle)
Chagall
Chagall
Dans les échelles de la lumière

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments