Arrivée a Santos

Nous pénétrons entre des montagnes qui se referment
derrière nous

On ne sait plus où est le large

Voici le pilote qui grimpe l’échelle c’est un métis aux
grands yeux
Nous entrons dans une baie intérieure qui s’achève par un goulet
A gauche il y a une plage éblouissante sur laquelle circulent des autos à droite la végétation tropicale muette dure tombe à la mer comme un niagara de

chlorophylle.
Quand on a passé un petit fort portugais riant comme une chapelle de la banlieue de

Rome et dont les canons sont comme des fauteuils où l’on voudrait s’asseoir à l’ombre on serpente une heure dans le goulet plein d’eau terreuse
Les rives sont basses
Celle de gauche plantée de manguiers et de bambous géants autour des bicoques rouges et noires ou bleues et noires des nègres
Celle de droite désolée marécageuse pleine de palmiers épineux
Le soleil est étourdissant

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments