Syllabe

Pour dire la Syllabe unique lier ensemble I et A

Introduire dès le principe le duel dans l’identité

Qu’un seul Principe en fasse deux et que chacun Le soit de l’autre

Que le Principe soit leur source et mutuelle extinction

I arbre immense issu du centre A tout autour espace plat I au zénith cri du sirli A s’étalant sans borne en soi Cime de l’œil de la mouette partout criblant son océan Et de l’aigu de l’inouï goutte à goutte le fécondant

Râle du mâle qui se hâte vague après vague et s’éblouit

De couvrir d’elle sa femelle jamais lassée de déferler

Elle tandis qu’en spasmes longs il s’enfouit dans ce ventre rond

D’un I rival de l’infini crève l’œil de son plus haut cri

Ainsi s’échangent les deux rôles n’en faisant qu’un mais en miroir Qui n’existe pas plus entre eux que devant lui chacun n’existe Bien que de leur conjonction tout naisse en ce A triomphant Et percé de ce I se meure à l’extrême du même instant

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Miroir de mon rêve.

Absence