Présence

tout un mai de canéficiers

sur la poitrine de pur hoquet

d’une île adultère de site

chair qui soi prise de soi-même vendange

O lente entre les dacites

pincée d’oiseaux qu’attise un vent

où passent fondues les chutes du temps

le pur foison d’un rare miracle

dans l’orage toujours crédule

d’une saison non évasive

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments