Les Plus Lus

  • Nuit blanche

    Le règne végétal le règne animal le règne de la terreur Perte de jeux perte de chance perte à perte de vue Aucun simulacre à poignarder aucune vérité à dévêtir aucun fantôme à dépister je ne suis environné d’aucun mort regretté Je suis sans âge sans mensonge comme la cuisine aux cuivres d’or abri des […] Plus

    Lire la suite

  • C’est ainsi

    à Jean Bastin Il est certain que quelque chose existe est tendant à nous nier nous dépassant et qui en nous se réalise et qui se justifie dans la naissance d’un poète et dans sa mort dans un petit village au fond de la brousse spirituelle II est certain que je vous aime comme un […] Plus

    Lire la suite

  • Quatrains pour hélène

    à Hélène Locoge Mon cœur était terre d’Arizona et il y eut en lui d’immenses chevauchées et des points d’eau précieux où la liberté venait boire au crépuscule Notre destin de transparence la fin méprisant les moyens l’âme jouant le quitte ou double l’éternité qui nous adoube Je fréquente le Christ dans la lumière blanche […] Plus

    Lire la suite

  • à cor et a cri

    Dans tous les coins de la planète les bobines de fil blanc se tordent de rire comme de petites baleines si l’on peut dire cependant que dans mon tiroir les bobines de fil rouge s’agitent poussent des cris lamentables Elle ont lu le sonnet des voyelles dans les yeux d’une femme honnête jouant les deux […] Plus

    Lire la suite

  • La brigade internationale

    à Jean Bastien Mon cœur veine ou déveine aura des ailes dans les montagnes et dans la plaine des hommes meurent pour la liberté L’oiseau parle une langue inconnue il n’a jamais pensé à la chance mais la chance est pour lui dans les chansons mêmes de la peur la vie n’est qu’un signe pour […] Plus

    Lire la suite

  • évidence

    Comme si l’autre rive n’était pas une femme comme si l’autre rive n’était pas notre victoire comme si l’autre rive n’était pas tous les secrets de la grande pyramide de notre vie de notre pyramide qui se promène un peu partout de notre partance qui s’effiloche un peu partout Voilà un cœur que l’on fixe […] Plus

    Lire la suite

  • Sous seins privés

    Le temps des initiations viendra aux morsures étonnantes de prophéties au spasme démesuré de la plus pure angoisse au souffle de vie à fleur de flamme femme que je n’ai pas rencontrée qui suivra mon sillage un hiver porteuse de cargaisons charnelles TTes rêves témoigneront de moi aux cryptes secrètes de ta vie je sais […] Plus

    Lire la suite

  • En buvant du lait

    La négation dialectique de dieu est l’affirmation de l’homme La négation dialectique de l’homme est l’affirmation de la société La négation dialectique de la société est l’affirmation de la révolution La négation dialectique de la révolution est l’affirmation du mouvement La négation dialectique du mouvement est l’affirmation de la réalité La négation dialectique de la […] Plus

    Lire la suite

  • Le débutant

    Le Christ pour sa maman comme dans un nuage était allé chercher du bon pain blanc chez le boulanger du village Il faisait faim à la maison Joseph pressurait un citron En s’égarant au jeu dans les ruelles le Christ perdit du temps de temps il perdit même son petit argent Alors il fut acculé […] Plus

    Lire la suite

  • Pour bien mourir

    Commettre une incartade deux incartades cent incartades Les systématiser à notre image à notre ressemblance pour notre fin dernière Se trouver à l’index en soi d’une manière souveraine de par son sang spirituel et sain Payer son minerval humain réhabiliter la notion de divin avoir ainsi droit de cité dans l’ombre Tendre la main aux […] Plus

    Lire la suite

  • Vœu

    L’estuaire du ciel est un apéritif Giboulées d’éléphants rouges tombez que la terre perde son teint de suicidée tombez en robes de moissons sur les campagnes d’abandon en caresses germinatoires dans cette crypte de lumière où luit orageusement dure sous trois cents nœuds gordiens d’éclairs en son écrin de javeline blonde d’intolérance blonde une graine […] Plus

    Lire la suite

  • Futur

    La connaissance et le désir les deux monstres jumeaux de l’être nu dont l’ombre est un drapeau futur sur la plaine des âges où le vent brise les ardoises à coups de sifflantes lanières de l’homme incorruptible durement ancré dans le réel par un sexe de fer par un esprit de feu par un rêve […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.