évidence

Comme si l’autre rive n’était pas une femme

comme si l’autre rive n’était pas notre victoire

comme si l’autre rive n’était pas tous les secrets

de la grande pyramide de notre vie

de notre pyramide qui se promène un peu partout

de notre partance qui s’effiloche un peu partout

Voilà un cœur que l’on fixe sur l’avenir

avec quatre punaises cardinales

Je ne déchire pas mes vêtements comme les prophètes

toujours un peu ridicules et vieux

et puis dites-moi ce que nous avons déchiré

et puis dites-moi ce que nous aurions dû jeter dans

[l’abîme

et dites-moi les nécessités cardinales

Nous n’avons pas peur de l’avenir nous n’avons

pas peur de la beauté nous n’avons peur de

rien ni des femmes ni des dieux vantardise

nous n’avons pas peur de nous-mêmes je suis

la pierre que le dernier gamin des rues lance

avec sa fronde de quatre sous lance avec son

cœur de quatre sous et cent millions

[d’amour

Depuis longtemps je veux bien mourir

au hasard qui ne se mouche avec les pieds

l’orgueil comme un immense drapeau rouge sur

[les barricades m’habite et se fait assez grand

pour un amour immense des hommes des

humbles des hommes des hommes
Ce n’est pas

le premier venu qui pourra nous vaincre

l’orgueil d’avoir reconnu mes frères qui m’aideront

[à détruire est en moi pour créer demain l’homme éternel

[l’homme pur

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments