Les Plus Lus

  • A un vieil arbre

    Tu réveilles en moi des souvenirs confus. Je t’ai vu, n’estce pas ? moins triste et moins modeste. Ta tête sous l’orage avait un noble geste, Et l’amour se cachait dans tes rameaux touffus. D’autres, autour de toi, comme de riches fûts, Poussaient leurs troncs noueux vers la voûte céleste. Ils sont tombés, et rien […] Plus

    Lire la suite

  • Les Pyramides

    Comme au milieu des mers d’immobiles vaisseaux, Depuis des milliers d’ans vous dormez dans vos sables, Et sur vos fronts, pour vous créer impérissables, La force et le génie ont imprimé leurs sceaux. Vainement la lumière, en radieux faisceaux, Pleut sur vous, vos secrets restent insaisissables. L’antiquité, voyant vos traits ineffaçables, Croirait se réveiller auprès […] Plus

    Lire la suite

  • Abel et Caïn

    La terre verdissait, qui venait d’émerger Des primitives eaux. L’antre au sombre orifice Était, en ces jourslà, son unique édifice, Et l’homme vagabond y pouvait héberger. Or, deux frères vivaient : un semeur, un berger. Ils offrirent à Dieu le premier sacrifice. Le berger fut béni. L’autre, usant d’artifice, L’attira sur son coeur afin de […] Plus

    Lire la suite

  • Les Philistins

    Ils rendent à Dagon leurs devoirs négligés. Le dieu, peu rancunier, sourit à leur hommage. Dans son temple superbe, et devant son image, Ils se gorgent de vins aux festins obligés. Ils ne gémissent plus comme des affligés, Mais ils chantent l’amour. C’est un joyeux chômage. La nation perverse ainsi se dédommage De la honte […] Plus

    Lire la suite

  • L’univers est un poème …

    Mystérieux moment où l’on commence à vivre… La matière s’anime à ton souffle, mon Dieu. L’âme qu’elle a reçue est un rayon de feu Qui remonte vers toi, prisonnier qu’on délivre. Et la vie est partout. Comme on lit dans un livre, Dans le monde insondable on voudrait lire un peu, Pour voir si le […] Plus

    Lire la suite

  • La Maison paternelle

    Depuis que mes cheveux sont blancs, que je suis vieux, Une fois j’ai revu notre maison rustique, Et le peuplier long comme un clocher gothique, Et le petit jardin tout entouré de pieux. Une part de mon âme est restée en ces lieux Où ma calme jeunesse a chanté son cantique. J’ai remué la cendre […] Plus

    Lire la suite

  • A notre monde

    Doistu n’avoir, un jour, qu’un vol de fainéant, Comme un oiseau lassé d’une course inutile ? Irastu, quand il faut pour te rendre fertile Des ans par millions, en un jour au néant ? Saistu la profondeur de l’espace béant ? Le temps qui nous détruit, estce qu’il te mutile ? Et la vie et […] Plus

    Lire la suite

  • Le veau d’or

    Moïse, agenouillé sur le mont Sinaï, Plus haut que les rochers où l’aigle pend son aire, Reçoit devant le ciel, aux éclats du tonnerre, La table de la loi des mains d’Adonaï. Par un souffle infernal se sent tout envahi Le peuple qui l’attend. Ingrat et mercenaire, Il façonne un veau d’or, l’exalte et le […] Plus

    Lire la suite

  • Le Retour aux champs

    Enfin j’ai secoué la poussière des villes ; J’habite les champs parfumés. Je me sens vivre ici, dans ces cantons tranquilles, Sur ces bords que j’ai tant aimés. L’ennui me consumait dans tes vieilles murailles, O noble cité de Champlain ! Je ne suis pas, voistu, l’enfant de tes entrailles, Je ne suis pas né […] Plus

    Lire la suite

  • A la lune

    Quand tu luis audessus de la forêt mouvante, On dirait que des feux s’allument tout au fond. Tu donnes un baiser à l’océan profond, Et l’océan frémit comme une âme vivante. Estu notre compagne ? Estu notre servante ? Ton éclat nous ravit, ton pouvoir nous confond. Sous ton voile brillant comme l’or qui se […] Plus

    Lire la suite

  • Le mirage

    C’est le désert lugubre après l’âpre savane, Le ciel de feu, le sable épais, l’air étouffant. D’une terreur étrange à peine on se défend. Seul, en ces lieux maudits, l’Arabe se pavane. Là des sources sans eaux, un palmier qui se fane ; Là des crânes ouverts par un cheik triomphant. Mais voici que le […] Plus

    Lire la suite

  • Adam

    Et le mal nous a pris, séduisant, enjôleur, Comme un filet de soie en ses brillantes mailles. Eve a senti l’amour embraser ses entrailles ; Elle a, bénissant Dieu, fait l’homme de douleur. Dieu m’a dit, irrité : « Tu scelles ton malheur. Il faut que chaque jour tu souffres et travailles. Mon ciel vous […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.