Jahel

Israël, effrayé de ses péchés nombreux,
De nouveau gémissait auprès des tabernacles.
Il vint à Débora qui rendait ses oracles
Au sommet d’Ephraïm, sous un palmier ombreux.

La prophétesse dit : Arme dix mille Hébreux.
Barac verra tomber devant lui les obstacles.
L’impie est condamné. Par de nouveaux miracles,
Notre Dieu rendra vains ses complots ténébreux.

Au pied du mont Thabor luttèrent les armées.
Israël reconquit ses villes opprimées,
Et Cisara, vaincu, s’enfuit sans savoir où.

Jahel, femme d’Haber, le reçut dans sa tente,
Et, pendant qu’il dormait, d’une main palpitante,
En pleurant, lui planta dans la tête un grand clou.

Les goutelettes

Voter pour ce poème!

Léon-Pamphile Le May Apprenti Poète

Par Léon-Pamphile Le May

Léon-Pamphile Le May, né le 5 janvier 1837 à Lotbinière et décédé le 11 juin 1918 à Deschaillons, est un romancier, poète, conteur, traducteur, bibliothécaire et avocat québécois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’émeute

Facture