L’émeute

Arroi frissonnant de chiffons

Brandie comme torches aux mains des bouchers,

Lacérée par la scie rouillée du ciel d’hiver,

Cisaillée,

dentée,

engrenée

dans les nerfs
De la défunte marée basse des trottoirs,
Boules opaques dans les bras,

cordon
Agressif,

lèvres arrachées par les rasoirs,
Têtes bousculées par les bâtons,

horloge
Dénudée

du mouvement régulateur de la masse,
L’émeute grandit

— chorégraphie
De l’atome bombardé.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Vivre innove le logis

Jahel