Obstacle

Passé l’obstacle il n’y a plus que le néant à pleins poumons La parole y déploie le monde le temps d’une expiration Parole seule une seconde qui profère l’unique monde Sans au-delà ni en deçà éternité scellée sur soi

Pourtant le kyste noue la gorge et ce grand rêve d’univers Qu’est le Verbe éternel avant qu’il se suscite de soi-même Le sent qui (tant de fois déjà et néanmoins jamais encore Expulsé) lui bloque l’issue par où crier ses propres lèvres

Qu’est l’origine? La corolle par le souffle tout juste ourlée L’Ame muette y prend mesure de son refus de sa poussée De ce refus qui pèse en elle à se rompre et dont tout le poids Fait jaillir son mutisme hors par cette plaie qui saigne et parle

Tant de cycles de spasme en spasme et dont rien n’a ridé le Rier Dont chaque spasme retentit à l’infini de tant de cycles Ame de l’homme Ame des mondes écho de tant de volupté Cri de mouette ! ton aigu donne désir du plein silence

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments