Nourrissement

Qui des deux se nourrit de l’autre est-ce la mère est-ce l’enfant Déjà la femme où l’enfant germe y germe inséparablement Plus de soi-même elle s’emplit plus il la mange du dedans Quand il naît il la vide d’elle et s’en affame au même instant

Le Soi la Mère universelle a conçu extatiquement

C’est la montagne au sein neigeux issue du lait de l’océan

Se disputant ce sein gonflé sa portée de nuages blancs

Tètent au rythme des grands fonds qu’ils allaitent incessamment

Le Soi Se rêve né de Soi cherchant le sein aveuglément Tout bien avant d’être visage est bouche errante qui se tend L’origine est leur polypier qui s’ouvre à Soi dans tous les sens En vertige élargi sans fin de gouffres s’entre-dévorant

Lorsqu’à leur manducation insatiable survivant

Mère et enfant s’identifient c’est par degrés d’éloignement

Ainsi le Soi contemple-t-il ses nébuleuses s’étageant

Comme se perd sans se quitter son centre à l’infini des temps

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments