Les Plus Lus

  • Embrasse-moi, mon cœur

    Embrasse-moi, mon cœur, baise-moi, je t’en prie, Presse-moi, serre-moi ! À ce coup je me meurs ! Mais ne me laisse pas en ces douces chaleurs : Car c’est à cette fois que je te perds, ma vie. Mon ami, je me meurs et mon âme assouvie D’amour, de passions, de plaisirs, de douceurs, S’enfuit, […] Plus

    Lire la suite

  • Le désir

    Celuy n’est pas heureux qui n’a ce qu’il desire, Mais bien-heureux celuy qui ne desire pas Ce qu’il n’a point : l’un sert de gracieux appas Pour le contentement, et l’autre est un martyre. Desirer est tourment qui bruslant nous altere Et met en passion ; donc ne desirer rien Hors de nostre pouvoir, vivre […] Plus

    Lire la suite

  • Pendant que vostre main docte …

    Pendant que vostre main docte, gentille et belle Va triant dextrement les odorantes fleurs Par ces prez esmaillez en cent et cent couleurs, Par le sacré labeur de la troupe immortelle : Gardez qu’Amour tapy sous la robe nouvelle De quelque belle fleur n’evente ses chaleurs, Et qu’au lieu de penser amortir vos douleurs, D’un […] Plus

    Lire la suite

  • Embrasse-moi, mon coeur…

    Embrasse-moi, mon coeur, baise-moi, je t’en prie, Presse-moi, serre-moi ! À ce coup je me meurs ! Mais ne me laisse pas en ces douces chaleurs : Car c’est à cette fois que je te perds, ma vie. Mon ami, je me meurs et mon âme assouvie D’amour, de passions, de plaisirs, de douceurs, S’enfuit, […] Plus

    Lire la suite

  • Mai

    Pendant que ce mois renouvelle D’une course perpétuelle La vieillesse et le tour des ans : Pendant que la tendre jeunesse Du ciel remet en allégresse Les hommes, la terre, et le temps. Pendant que les Arondelettes De leurs gorges mignardelettes Rappellent le plus beau de l’an, Et que pour leurs petits façonnent Une couette, […] Plus

    Lire la suite

  • Si tu veux que je meure

    Si tu veux que je meure entre tes bras, m’amie, Trousse l’escarlatin (*) de ton beau pelisson (*) Puis me baise et me presse, et nous entrelaçons Comme, autour des ormeaux, le lierre se plie. Dégrafe ce colet, m’amour, que je manie De ton sein blanchissant le petit mont besson : Puis me baise et […] Plus

    Lire la suite

  • Avril

    Avril, l’honneur et des bois Et des mois, Avril, la douce espérance Des fruits qui sous le coton Du bouton Nourrissent leur jeune enfance ; Avril, l’honneur des prés verts, Jaune, pers, Qui d’une humeur bigarrée Émaillent de mille fleurs De couleurs Leur parure diaprée ; Avril, l’honneur des soupirs Des zéphyrs, Qui, sous le […] Plus

    Lire la suite

  • Le Désir

    Celuy n’est pas heureux qui n’a ce qu’il desire, Mais bienheureux celuy qui ne desire pas Ce qu’il n’a point : l’un sert de gracieux appas Pour le contentement et l’autre est un martyre. Desirer est tourment qui bruslant nous altere Et met en passion ; donc ne desirer rien Hors de nostre pouvoir, vivre […] Plus

    Lire la suite

  • Les beautés que j’adore

    Cent fois le jour je rebaise la main, Folâtrement qui dedans l’eau glissante Toucha de près ta cuisse blanchissante, Ton pied mignard, ta grève et ton beau sein. Cent et cent fois je prie Dieu, mais en vain, Et les saints feux de la nuit brunissante, Me faire voir ta tresse blondissante, Tes yeux, ta […] Plus

    Lire la suite

  • La douceur d’un amoureux

    Je ne voie rien qui ne me refigure Ce front, cet œil, ce cheveu jaunissant, Et ce tétin en bouton finissant, Bouton de rose encor en sa verdure. Son beau sourcil est la juste vouture (*) D’un arc Turquois, et le rayon hissant Du point du jour est son œil languissant, Son sein, le sein […] Plus

    Lire la suite

  • Ha pensers trop pensés

    Ha pensers trop pensés, donnez quelque repos Quelque trêve à mon âme, et d’espérances vaines Favorisez au moins mes emprises hautaines, Et me faites changer quelquefois de propos ! Vous sucez à longs traits la moelle de mes os, Vous me séchez les nerfs, le poumon et les veines, Vous m’altérez le sang, et d’un […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.