Si tu veux que je meure

Si tu veux que je meure entre tes bras, m’amie,
Trousse l’escarlatin (*) de ton beau pelisson (*)
Puis me baise et me presse, et nous entrelaçons
Comme, autour des ormeaux, le lierre se plie.

Dégrafe ce colet, m’amour, que je manie
De ton sein blanchissant le petit mont besson :
Puis me baise et me presse, et me tiens de façon
Que le plaisir commun nous enivre, ma vie.

L’un va cherchant la mort aux flancs d’une muraille
En escarmouche, en garde, en assaut, en bataille
Pour acheter un nom qu’on surnomme l’honneur.

Mais moi, je veux mourir sur tes lèvres, maîtresse,
C’est ma gloire, mon heure, mon trésor, ma richesse,
Car j’ai logé ma vie en ta bouche, mon cœur.

* Escarlatin : Étoffe.
* Pelisson : Vêtement de dessous.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments