Source

Source de tout et de Soi-même elle est le centre et l’infini Il jaillit d’elle en un instant un billion d’années-lumière Elle est la nuit couvant le feu dont la cendre épaissit la nuit Elle est le feu rongeant la nuit d’une braise de galaxies

Quand ses paupières lourdement se décollent laissant filtrer L’attente précédant le jour comme l’éclat gris d’une perle Le blanc de l’œil chavire en rose avant que la pupille soit L’ongle de lune le reflète aux confins d’un néant précaire

Que la dormeuse est belle ainsi quand la prunelle va percer Son rêve encore inexistant au

bout des cils devient rosée Tout est silence antérieur à tout silence et pourtant l’âme Bruit déjà d’un chatoiement dont s’émeuvent les océans

Émerge enfin de ce sommeil sans rêve et vaste entre deux veilles Vaste de mille autres sommeils où mille veilles ont sombré Éveille-toi ô Sans-mémoire abîme de toute mémoire L’origine une fois encore naît de toi pour que tu sois née

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La Vieille Chéchette

Retour à novembre