L’avarie

Je ne suis plus qu’une avarie :

l’eczéma, la tumeur de l’œil gauche,

la varice à la place du cou,

l’apoplexie au moment du baiser.

Je ne suis plus qu’un griffonnage :

la diphtongue réduite au silence,

le mot qui ne veut pas traduire

la tendresse des choses,

une bible interdite aux adultes.

Je ne suis plus que ce monsieur sénile

qui se consume

sans éprouver le besoin d’être.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments