Les Plus Lus

  • Epistre burlesque à Madame de Bourron

    Ma belle Dame de BOURRON, Le pauvre Diable de Scarron Treshumblement vous remercie De vos trois melons et vous prie De vous contenter bonnement De son petit remerciment. Il voudroit bien, à la pareille, Vous envoyer quelque merveille ; Car merveille peut on nommer Le melon qu’il vient d’entamer ; Mais chez un homme de […] Plus

    Lire la suite

  • A Monsieur le Duc de Sully

    Duc de SULLY, vous m’avez envoyé Un beau pasté, des plus grands que l’on voye, Dieu sçait comment je m’en donne au coeur joye, Quand je devrois en estre desvoyé, Quand je devrois m’en irriter le foye. Tel grand Seigneur, que je ne nomme pas, D’un tel pasté feroit quatre repas. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Chanson : Philis, vous vous plaignez…

    Philis, vous vous plaignez que je n’ay point d’esprit A vous parler de mon martyre. Helas ! ignorezvous qu’un mal que l’on peut dire N’est jamais si grand que l’on dit ? Un Amant dit assez quand il est interdit, Quand il languit, quand il souspire ; Mais aprenez, Philis, qu’un mal que l’on peut […] Plus

    Lire la suite

  • Sur les affaires du temps

    Le roi s’en est allé, son Éminence aussi ; Le courtisan escroc sans contenter son hôte, Jurant qu’à son retour il comptera sans faute Pique le grand chemin en botte de roussi. Les officiers du roi sont fort rares ici ; Et la gent de justice et celle de maltôte A le haut du pavé […] Plus

    Lire la suite

  • Superbes monuments de l’orgueil des humains

    Sonnet Superbes monuments de l’orgueil des humains, Pyramides, tombeaux dont la vaine structure A témoigné que l’art, par l’adresse des mains Et l’assidu travail, peut vaincre la nature : Vieux palais ruinés, chefsd’oeuvre des Romains Et les derniers efforts de leur architecture, Colisée, où souvent ces peuples inhumains De s’entr’assassiner se donnaient tablature : Par […] Plus

    Lire la suite

  • Chanson : Je vous aymois…

    Je vous aymois : vous me l’aviez permis ; J’esperois d’estre aymé : vous me l’aviez promis. Mais, helas ! belle Iris, je voy bien le contraire ; Je n’ose en murmurer De peur de vous deplaire ; Mais il m’est permis d’expirer, S’il m’est ordonné de me taire. Dedans vos fers, charmé de vos […] Plus

    Lire la suite

  • A Mademoiselle du Lude

    Stances burlesques Bel enfant de quinze ans, dru comme pere et mere, Aymable comme un Ange ou deux, Que le fils de celuy qui sera ton beaupere Se pourra dire un homme heureux ! Ils ont fait de leur mieux, ceux qui t’ont mise au monde, Et t’ont faite avec tant d’appas, Que s’ils vouloient […] Plus

    Lire la suite

  • A Madame Radigue

    Pour la remercier d’un pot de coins. Rondeau redoublé. Vostre laquais verd, jaune ou gris, Ô Dame toute liberale, M’a presenté vostre regalle ; C’est pourquoy ce Rondeau j’escris. Un matin, ma servante à cale, Aussitost que les yeux j’ouvris, Fit entrer dans ma chambre sale Vostre laquais verd, jaune ou gris. Vos beaux coins […] Plus

    Lire la suite

  • Les vrays moyens de parvenir

    Mascarade Au Roy. Monarque, le plus grand des Roys, Et des hommes le plus aimable, Seul digne de donner des loix A toute la terre habitable, Le vray moyen de parvenir N’est rien que celuy de vous plaire : C’est ce qu’icy nous fait venir ; De plus huppés que nous en voudroient autant faire. […] Plus

    Lire la suite

  • Le Roy

    Le plus aymable Roy de tous les Roys du monde, Si charmant et si beau qu’entre tous ses sujets S’il s’en peut rencontrer qui soient assez bien faits Pour avoir de son air, je veux que l’on me tonde, Ce Roy donc que je dis, en qui seul tout abonde, Dont l’Esprit chaque jour fait […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.