Chanson : Philis, vous vous plaignez…

Philis, vous vous plaignez que je n’ay point d’esprit
A vous parler de mon martyre.
Helas ! ignorezvous qu’un mal que l’on peut dire
N’est jamais si grand que l’on dit ?

Un Amant dit assez quand il est interdit,
Quand il languit, quand il souspire ;
Mais aprenez, Philis, qu’un mal que l’on peut dire
N’est jamais si grand que l’on dit.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Pantogamor, le conquérant du séjour

Aux innocents les mains pleines