Comme Bientôt

Comme
j’entends déjà
mourir ma raison ma mémoire
dans les chantiers déments de l’avenir
soit que j’ouvre la porte
ou que je la referme sur
l’obscurité qui m’enfante et qui m’efface
et qui livre au néant radieux le réel
toujours promis aussitôt dérobé
bientôt
ne seront plus les signes de tous noms
que grains de sable au fond des arches creuses
où fut le tendre globe de nos yeux et où
circule et se dérobe nu
le solitaire espace
et sonneront les sons des mots
toujours repris et déformés de bouche en bouche
ei déjà dans ma voix
depuis longtemps
ils se sont sans rien
dire entrechoqués jusqu’à
l’éclatement
et redisant et redisant rabâchent
un seul époumoné murmure
car c était toi oui c’était moi
l’un qui profère l’autre se tait
l’un qui parle et l’autre entend
et si c’est lui c’est aussi moi
c’est vous aussi mais nul ne vient nul n’apparaît
pour interrompre ou désigner
l’origine et la fin sinon
cet astre obtus porté vers l’astre
et cent mille qui viennent
vers cent mille autres qui s’en vont
en s’enfonçant dans cette nuit
inconcevable
où le miracle me fascine m’éblouit
me fait vivre me tue
mais sans remède
je me tais.

Jean Tardieu

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments